Le Brésil au Bon Marché Rive Gauche

La puissance d’une énergie créative nouvelle, l’essence même de ce qui peut être beau quand l’inspiration est forte, et c’est le Brésil qui nous l’offre.Nous avions rendez vous avec Anna Luisa à l’ Epicerie du Bon Marché histoire de se mettre en appétit sur les créatifs brésiliens exposés en ces lieux depuis mi-avril et ce jusqu’au 22 juin.
Une manière de voir ce qui pouvait parler aux français en terme de nouvelles créations étrangères, autres que celles habituellement proposées par l’indélogeable Italie. Un  pays du sud mais de l’autre coté de l’atlantique et c‘était une grande première au Bon Marché.


Au travers de cette exposition on a ressenti le Brésil tel qu’il est, son charme sympathique et ça nous a fait du bien cet échange avec une autre culture que l’on ne connaît que si peu.
Anna Luisa a monté ce projet d’exposition/vente avec le Bon Marché. Elle est bien entendu brésilienne et travaille sur le sujet mode de son pays depuis déjà 12 ans.
Cet évènement est pour elle une véritable consécration de la créativité de son pays et on a senti qu’elle se délectait du succès des choses. Le Brésil, au-delà de la destination vacances, serait-ce l’antidote à la morosité des frenchy ? On en a bien eu l’impression et nous même nous nous sommes laissées aller à l’euphorie matières nouvelles, couleurs fortes et propositions nouvelles.
L’offre d’une population généreuse et avenante qui rend tout possible.

Rio se développe à vitesse grand V. On retrouve l’optimisme perdu, les couleurs vont avec l’état d’esprit et ça nous a reboosté nous petites françaises en mal de couleurs et d’avenirs. L’envie d’ailleurs était là, à portée de main, avec une nouvelle culture que l’on ressentait vibrer derrière des créations variées…

Nous lui avons posé quelques questions histoire de comprendre comment s‘était montée cette exposition vente.

Le choix des créateurs
Il y a eu un brief avec le Bon Marché avec la volonté de montrer de véritables créateurs tout en respectant le goût Rive Gauche chic mais pas trop chargé et surtout pas vulgaire.
Il fallait du bcbg avec une touche de folie ; ça c’était du pari.

Combien de marques ?
70 marques entre le prêt à porter et les accessoires.

Les coups de cœur des français

Les bijoux car il y en avait de tous les prix et dans une multitude de composantes: les bracelets tressés, ceux de plage en plastique, les bracelets à messages, ceux laqués, en bois…

Les jeans et tshirts de la marque Ellus Second Floor, un énorme succès d’une société brésilienne incontournable là-bas (1000 points de vente au Brésil).

Les maillots de bain ont eu aussi beaucoup de succès avec des coupes très échancrées
Adriana Degreas sur son bain et beachwear. Elle a fait un travail de coupes exceptionnelles sur ses maillots de bain qui ont d’ailleurs été adaptés au marché français.

Skinbiquini et ses maillots de bain ultra colorés.

Isolda: Collection jouant d’imprimés brasilo Brésilien (mélange les fruits et les carreaux) Un duo de créatrices capables d’utiliser le patrimoine brésilien avec beaucoup de modernité

Scarfme : Un feu d’artifice de couleurs sur une collection de foulards démente!! Des immenses carrés de soie lumineux à des prix très intéressants (120€).

Schutz :
Une collection estivale qui intéressera tout le monde  :80 € pour des chaussures plates et 120€ pour des talons (non ce ne sont pas des chaussures André mais des créations brésiliennes super qualitatives… j’espère que vous nous suivez!).

Praiaz et ses chaussures plastiques rigolotes qui flottent sur l’eau.

Ce que nous avons retenu
Des paréos comme on en recherche toutes avec un système de lien intégré qui entoure la taille sans épaisseur.
La marque Lenny Niemeyer avait crée un modèle exclusif pour le Bon Marché avec des visages dessinés. Un bien joli motif qui nous a fait penser au peintre Manolo Valdès !

Adriana Barra :  du pyjama in/out dans des soies imprimées. On adore cette vision décalée mais chic ; une tenue affranchie de codes vestimentaires. Une véritable liberté de tenue. On testerait bien cet ensemble avec une paire d’escarpins.

Adriana Barra version “bags”
Ses sacs sont joyeux par les couleurs et généreux dans leur taille.
Elle fait des cabas  immenses (que l’on s’est évidemment acheté) avec des fleurs multi couleurs qui nous donnent bonne mine et bonne humeur. On a tout de suite très envie d’en faire notre fourre tout préféré pour les serviettes de plage, pour un petit nécessaire de week end, pour tout quoi…

Ses pochettes sont également ravissantes.

Claudia Savelli et ses bijoux tressés oversive. Un effet 3 dimensions et des cordages qui donnent envie de grands larges.

Francesca Romana Diana
Une véritable nouveauté colorée dans le bijou fantaisie avec du motif et de la couleur. On lâche un peu les tendances gold pour adhérer à des manchettes paysage super raffinées et très visuelles.
Ces bracelets sont en laque, d’une finesse incroyable par les motifs et les couleurs. Certains reprennent le détail de reflets dans l’eau, d’autres sont le fruit d’une association avec la designer et artiste Princess Lelli de Orleans e Bragança.

Marché D’arty et ses bracelets bois et laque.
Au delà du bijou on aime le contact et le bruit du bois…

Granado
Savons et cosmétiques depuis fin 1800

Osklen
Marque mythique brésilienne dont on adore l’exploration matières.
On avait beaucoup aimé leur trench plastique transparent repéré au salon Who’s Next.

Les bijoux de luxe uniques Sylvia Furmanovitch et Fernando Jorge

Le défilé des foulards d'Esther Bonté

Le T.Shirt Goulden de Sarah Sumfleth