Les accessoires Femme Printemps Eté 2013 au Salon Tranoï (3ème partie)

Mon bijou ne connaît pas la crise

C’est la joie des excès, de l’inattendu, de mises en scène parfois théâtrales, du rêve et de la personnalisation des tenues.
On veut des pierres, du strass, des paillettes, des couleurs, de nouvelles explorations matières mais aussi de tous petits bijoux fins et aériens avec des composantes qui rappellent les éléments naturels et la délicatesse à laquelle on tient tant.
Dans cette ornementation aux multiples facettes, on retrouve encore et toujours l’invitation au voyage avec la tendance ethnique.
Le bijou reste encore et toujours l’évasion pour notre plus grand plaisir !

Des princesses d’un jour voudraient rêver pour toujours.
Des rivières de diamants dans chaque allée, des pierreries colorées, des plastrons très chargés avec des plumes, du cuir… (Venna, SvevaKormelitz)
Les femmes se lâchent avec ces accessoires très visuels pour jouer aux princesses rock and roll.
Les pierres peuvent devenir pics sur les décolletés, poignets avec la collection très personnelle d’Anne Lise Michelson.

Il y aussi l’ultra léger, l’ineffable avec des fines chaines légères, des fermoirs délicats et joueurs (Yuki Mitsuyasu), des plumes naturelles ou même en porcelaine (Mirit Weinstock) ; une forme de bijoux seconde peau qui peut même se transformer en écharpe perlée chez Citrus-Fashions (site en construction) pour les adeptes d’une douceur orientale.

Le précieux se voit même revisité avec plus de discrétion.
La proposition Céline d’Aoust : un scarabée en or plein serti d’un diamant sur un simple cordon cuir pour mixer les genres et vivre le bijou avec décontraction , des pierres semi précieuses aux couleurs irrégulières montées sur de fines structures en or pour garder la préciosité sans ostentation.

Chez Catherine Michiels, le bracelet est proposé aussi pour l’ homme et se travaille avec de petites pierres semi précieuses mariées à des diamants dans une version tibétaine de luxe revue et corrigée.

L’influence du bijou venu d’ailleurs se retrouve chez des créatrices d’exception comme Aurélie Bidermann qui propose des pièces uniques avec sa collection d’inspiration Inca. D’autres créatrices comme Katerina Psoma partagent ce rêve de civilisations perdues, d’un autre temps…

Partons au Mexique, au Brésil, les dernières destinations qui inspirent l’accessoire avec frénésie – IshiKim&Zozi
Est ce les couleurs joyeuses et ensoleillées de ces bracelets omniprésents dans la mode qui nous poussent à en porter autant à nos poignets ? Où véhiculent ils eux aussi des messages d‘évasion au travers d’un graphisme très graphique?... Très certainement les deux !

LE SAC DE MADAME EST SORTI

Le chien est le meilleur ami de l’homme et le sac celui de la femme !
On l’aime sous une multitude de formes ; on en change régulièrement au gré de nos humeurs et pour l’été prochain, on le choisira…
Bijoux version petite bourse cote de maille années 1900 (Laura B collection Particulière) pour réveiller une tenue trop austère.
En foulard chic et franges cuir (Silent People) pour une virée à l’italienne en décapotable ou en Riva.
En mélange ultra chic de tonalités de cuir pour une journée sophistiquée toute en douceur (Giancarlo Petriglia)
D’une manière pure et décontractée chez Yuh by Orciani avec l’option plastique pour la plage, et cuir pour la ville, et SVP mettez m’en un dans chaque coloris proposé par ce que je les aime tous !

Et pour celles qui osent l’exploration matière, on vous propose la version “éponge” les jours où vous vous sentez plus réceptives.

D’autres coups de coeur visuels que l’on a plaisir à vous montrer :

Les foulards chamarrés de Vassilia avec une très grande envie de voir les hommes porter des tonalités relevées. Le rose leur sied si bien!

Vassilisa

La collection de solaires Vamp d’Anna Karin Karlsson nous plait à chaque fois !

Ainsi se clôture notre tour de piste du Salon Tranoï Femme Printemps Eté 2013 ! Tellement de talents, tellement de belles créations, on espère que vous avez pu ressentir nos découvertes avec les mêmes émotions que nous. A très bientôt !


JEWELLERY: RECESSION? WHAT RECESSION?

Instead, we saw was a celebration of excess, the unexpected, dramatic stagings, dreams and personalising outfits.

People want stones, studs, sequins, colours, new takes on materials, but also small, light and airy jewellery whose parts are reminiscent of natural elements and are of a much-desired delicacy.

With an ethnic trend, this multi-faceted ornamentation invites us on a journey, for jewellery is, and will always be, a means of escape to our heart’s desire.

And these princesses for a day want the dream to last forever!

Rivers of diamonds flow down the rows alongside colourful gems, feather-charged necklaces, leather, and more (Venna, Kormelitz).

Women let their hair down with these highly visual accessories, becoming rock n’ roll princesses.

Crystal beads meet spikes on the cleavage area and wrists with the Anne Lise Michelson‘s very personal collection.

There is also the ultra light and ineffable: light chains, delicate and playful clasps (Yuki Mitsuyasu), natural feathers, or even porcelain (Mirit Weinstock). A form of second-skin jewellery than can even take the form of beaded scarves  (Citrus-Fashions – website under construction) for those looking for the softness of the Orient.

Precious stones have also been revisited, but with greater discretion.

Céline d’Aoust‘s creation: a scarab in gold set with a diamond on a simple leather lace, mixing genres and bringing the piece alive in a relaxed style, semi-precious stones in irregular colours mounted on delicate gold structures to preserve preciosity without ostentation.

Catherine Michiels has also created bracelets for men, working in tiny semi-precious stones that are married with diamonds for an updated and revamped take on Tibetan luxury.

The influence of jewellery from afar can also be found in the work of some exceptional designers like Aurélie Bidermann and her unique pieces in her inspiring Inca collection. Other designers like Katerina Psoma share this dream of lost civilisations and of another era…

Let’s head to Mexico and Brazil, the latest destinations to inspire accessories so arduously – IshiKim&Zozi.

Is it the joyful and sun-kissed colours of these ubiquitous bracelets that make us want to wear so many on them our wrists? Or do their highly visual graphics speak of escape? Most probably both!

HANDBAGS, LADIES!

If the dog is a man’s best friend, then the handbag is the woman’s!

We love it in all its forms; we change it regularly depending on our mood, and next summer we’ll be choosing…

the little jewelled chain-mail pouch version circa 1900s (Laura B Collection Particulière) to liven up an overly austere outfit.

A chic headscarf complete with leather fringes (Silent People) for a little Italian trip in a convertible or a yacht.

An ultra chic mix of leather tones for a day of sophistication and softness (Giancarlo Petriglia).

And for a look that’s pure and laid-back: Yuh by Orciani‘s bags with a version for the beach in plastic, leather for the city, and please, please, please, in every colour on offer because we can’t decide!

For the more adventurous, there is also the “sponge” version for days when you feel more receptive.

Other visual gems that we’d like to share with you:

The richly coloured scarves by Vassilia who aspires to see men in these noble tones. Pink suits them so well!

Vassilisa

The sunglasses collection by Anna Karin Karlsson that we love every time!

This brings us to the end of our trip to the Tranoï Women Spring/Summer 2013! So much talent and so many gorgeous creations. We hope these discoveries inspired the same emotions in you as they did in us. Until next time!

Un joli minois aux faux airs de Brigitte Bardot

Le cuir décontracté avec Sabrina