Le peintre Denis Jully

Nous les fashions girls on s’intéresse aussi à l’art même si certains pensent que c’est trop cérébral pour nous, que de toute façon on peut pas comprendre et encore moins en parler, que si tu en interviewes un, tu es assurée de transpirer sévère en conversant avec le dit « Aaartiste » et tu supplieras de retourner à tes chiffons..

Artistes et modeuses ne font pas bon ménage mais nous on s’accroche et nous en rencontrons certains de très cools avec nous.

Denis Jully fait partie de ces peintres talentueux et sympas, ses toiles sont superbes, il n’a pas ce fâcheux syndrome gros melon et en plus il a frayé avec le monde du textile puisqu’il est créateur d’étoffes de formation.

Il expose dans des galeries un peu partout dans le monde, il n’est pas fétichiste de ses créations, il les vit point barre !!

Son expérience est riche, il a travaillé à 25 ans pour les usines gouvernementales du Shah d’Iran, s’est lié d’amitié à l’époque avec un peintre opiomane qui fuyant le pays, lui a confié sa maison et ses tubes de peinture. Denis quitte alors la séduction, l’éphémère des tissus pour entrer dans le monde de l’intemporel où la peinture est porteuse de messages et d’émotions. Aujourd’hui il vit à Strasbourg, a sa propre galerie « la galerie Brulée » et partage également sa passion avec d’autres artistes. Voilà tout est dit ! Appréciez maintenant !

Deux mots pour te décrire ?
Impulsif et audacieux parce que dans la vie faut savoir risquer et se risquer à..

A la question « tu viens d’où, tu vas où ? » tu me réponds ?
J’ai progressé c’est tout ce que je sais. Quant à savoir où je vais j’en sais rien mais j’y vais.

Ta/tes plus belles rencontres ?
Je le dois à l’Iran, aux rencontres que j’ai faites là bas. Je pense à un philosophe musicien iranien qui m’a aidé à être moins dans la révolte. Avec l’apaisement on avance mieux !

Un compliment qui te va bien ?
Audacieux.

Un projet qui te tient à cœur?
J’ai envie que ma peinture parle aux gens.

Tes amis on les reconnaît à quoi ?
Ils sont entiers.

Un shopping idéal ?
Les chaussures rouges.

Si tu n’avais pas été peintre, tu aurais aimé être ?
Cuisinier mais un bon, un étoilé ! J‘adorerais car on est également dans son atelier à concevoir seul pour ensuite partager. C’est la même démarche que la peinture. D’ailleurs tous les noms de mes couleurs sont comestibles.

Un truc fou que tu aimerais faire ?
Mettre en scène une pièce de théâtre.

Quel est le comble pour un artiste ?
Etre satisfait de ce qu’il fait et c’est quasiment impossible pour un artiste ; on vit toujours dans l’angoisse et l’inquiétude.

Un créateur fétiche ?
Anselm Kieffer ; il est colossal avec un K, il a une véritable recherche plastique.

Es tu un homme à accessoires ? Lesquels ?
Oui, le parfum, ce petit rien sensuel et puis j’aime l’allure que l’on peut avoir, j’aime les tenues finies. J’ai eu une période imperméable et maintenant ce sont les chaussures.

Si tu devais créer un produit de mode, ce serait quoi ?
Une paire de chaussures.

A quoi tient l’élégance?
A l’allure, à la prestance, à la sincérité du personnage, c’est ne pas tricher et être en harmonie avec sa personnalité, il faut que ça sonne juste.

Un héros stylé, tu serais qui ?
David Bowie, il maîtrise parfaitement son image.

Ta plus grande extravagance ?
Avoir fait du stop à poil à 18 ans pour rigoler avec les potes !

Tu aimerais que l’on retienne quoi de toi ?
La spontanéité et la sincérité autant qu’on peut l’être.

Les basics de votre vestiaire ?
Toujours dans des camaïeu, toujours rangé par couleur, par collection… je ne mélange jamais les tonalités froides avec les tonalités chaudes. C’est mon coté dessinateur d‘étoffes qui ressort !

Fétichiste ?
Oui de plein de choses ; des mollets, des cheveux.

Ta tenue idéale au quotidien, ta tenue idéale pour séduire ?
Décontracté dans toutes les situations.

Une journée idéale ressemble à quoi chez Jully ?
Peinture le matin, golf l’après midi et diner entre amis le soir… si après t’es pas content, c’est que tu as mal choisi tes amis !

Quel conseil donnerais tu à un jeune artiste peintre ?
Avoir une vie intérieure riche.

Tu penseras avoir réussi quand… ?
Lorsque l’ami médecin qui m’a poussé à exposer me commandera un portrait de lui. Je ne recherche pas la reconnaissance publique en fait, seulement celle de quelques uns.

Cannes à Block !

Les salopes sont en marche !