Promenade dans le Marais

La période du salon c’est également l’occasion de faire quelques pas dans la ville…

Et comme je vous le disais, Martine et moi ne tenons pas très longtemps dans l’immensité des halls. Très vite, il nous faut partir nous évader quelques heures pour aller respirer l’air de Paris, parce que nos moments de contemplation et notre inspiration viennent aussi de certains quartiers que nous affectionnons tout particulièrement, de petits coins qui sentent bons les créateurs et les gens très lookés.

En passant rue de Bretagne dans le 3ème arrondissement, il y a les magasins de fruits et légumes, les rôtisseries qui sentent bons et les terrasses des cafés où l’on adore flâner.
On est dimanche et tout est ouvert, c’est agréable ! On a nos adresses, alors on se faufile dans une ruelle qui nous amène au marché des enfants rouges pour déjeuner un ossobucco chez Michel. Il y a beaucoup d‘étrangers mixés aux gens du quartier; une animation plaisante dans laquelle nous nous sentons bien.


Attablées, c’est l’occasion de faire un point sur notre séjour. Il y a eu l’interview de Maud et Marjorie en préambule (bientôt sur le blog); nous sommes d’accord pour se dire qu’il s’agit d’une rencontre comme on les aime ; deux passionnées hyper sympas qui lancent une collection de lingerie de luxe. Il y a aussi nos premières touches du salon, nos échanges sur la manière de l’aborder; on n’a pas encore compris la signification du nom des halls, mais ça viendra après le repas car notre esprit vient en mangeant.
En fait c’est toujours un peu le même scénario ; on aborde Who’s Next comme une terrible pieuvre à tentacules. Le gigantisme nous effraie un peu alors nous essayons de l’aborder avec philosophie en nous disant qu’il y a des petits halls dans les halls. On se sent un peu mieux après.


Après notre déjeuner, nous trainons sur le marché. Un couple aux lunettes gaies nous sourît; c’est l’occasion d’une picture.


Il y a aussi la dame au chien et au manteau rouge. Elle me fait étrangement penser au logo d’une boutique qui s’appelle “Madame et son Bouledogue”.J’avais 20 ans (c’est dire si c’est vieux) et je m‘étais acheté un collier à plumes hors de prix qui mixait des pierres de couleurs sublimes, je n’osais pas le mettre de peur de l’abîmer; je l’ai encore bien protégé dans sa boite.Comme toute bonne fétichiste j’ai gardé la carte et promis, nous vous posterons un cliché de ce fameux collier dans un thème “plumes” car Martine adore aussi les plumes!

Ahhhh… il y a aussi HOD, une boutique à merveilles qui fait des bijoux incroyables ! C’est également dans le 3ème arrondissement.
Pour la petite histoire, Martine était rentrée d’un de ses derniers séjours à Paris avec un adooorable petit bracelet fragile, perlé, délicat… bref irrésistible! Il fallait qu’elle me fasse découvrir cet écrin à merveilles. A la fin de notre déjeuner, la prochaine destination était claire: HOD et c’est tout!

Le lien de la boutique ici

Après avoir flâné dans quelques boutiques, nous sommes reparties à la conquête de Who’s Next puisque nous devions rencontrer Ines Olympe Mercadal,une jeune créatrice talentueuse dont le charisme ne nous a pas laissé pas indifférentes.
Inès Mercadal, Elle représente la jeune génération d’un chausseur parisien de renom; nous devons d’ailleurs l’interviewer prochainement .Elle présentait dans une mise en scène années 80 la collection “Vintage” de la maison.
Elle nous a expliqué que l’idée de relancer d’anciens modèles lui était venue en voyant ses copines acheter dans les friperies, d’anciennes paires Mercadal d’il y a 30 ans. Cette collection Vintage rassure par des modèles qui même revisités avec modernité, ont gardé leur ADN.

Quelques clichés pêle-mêle de notre séjour; Emilie regardant les gens passer, Martine sortant au petit matin de chez nos amis, leur chat notre fidèle ami nocturne et bien sûr le carrosse de Cendrillon qui nous a fait rêver quelques instants…

A bientôt !

 

Je te shoote, tu me shootes !

Quelles tendances pour l'hiver 2013 ? La réponse avec le salon du prêt-à-porter "Who's Next"