Interview de Christophe Urbain, photographe

Christophe Urbain capte l’instant présent, saisit l’essentiel et nous aimons ça .Nous l’avons sérieusement courtisé pour qu’il prenne un cliché de notre duo. Il a accepté, nous étions comblées..


A la question « tu viens d’où, tu vas où ? » vous me répondez ?

Je viens de St Claude et j’irais bien ailleurs qu’en France ; genre Belgique, Allemagne, Argentine.
Votre principal trait de caractère?
L’absence de mémoire.
Vos plus belles rencontres ?
Je pourrais donner une liste de cinquante personnes alors je vais parler d’une de mes dernières rencontres, la plus étrange : « Solange » une prostituée que j’ai photographiée au Congo et qui m’a ému.
Un truc fou que vous aimeriez faire ?
Partir seul en voyage ! Je suis fasciné par les gens qui ont cette grande indépendance  que je n’ai pas ; je ne suis pas un solitaire.
Un futur projet qui vous tient à cœur ?
« Second couteau » ; un collectif qui travaille sur le graphisme et la photographie.
Votre plus grande extravagance ?
Ma chemise Jésus Christ que j’ai acheté au Congo.
Un compliment qui vous va bien ?
La sincérité.
Votre tenue idéale au quotidien, celle pour séduire ?
Exactement la même ; des vêtements qui ont une allure impeccable et qui traversent le temps. J’aime les pulls St James qui ont un aspect toujours nickel.
Qu’aimez  vous « shopper » ?
Des vinyles, des sacs. J’ai une véritable collection de sacs photos Vintage.
Quel talent auriez vous aimé avoir ?
La mémoire car cela m’aurait permis d’être musicien. La photo c’est inconscient, on capte l’instant alors que la musique nécessite de la mémoire et la mienne est celle d’un homme de 70 ans.
Votre meilleur moment de la journée ; pourquoi ?
Le matin très tôt ! C’est certainement le moment où je suis étrangement le plus serein alors qu’en fait je suis un oiseau de nuit.
Un lieu, une pièce ou vous vous sentez pousser des ailes ?
Je pense aux appartements de mes amis chez qui je retrouve cette lumière tamisée dont j’ai besoin ; je suis hyper sensible à la lumière chez les gens.
J’aime aussi la Bretagne avec ses temps brumeux, ses ciels chargés de nuages gris qui pour moi ont du volume. Le ciel est bas, ultra présent, j’aime sa lumière et là je me sens vraiment bien.
J’aime aussi être sous l’eau.
Quelques basics de votre vestiaire d’homme ?
Mes pulls St James, une tripotée de chemises et les jeans.
Des baskets,  pas pour l’esthétique mais pour mon métier ; il faut que ce soit confortable.
Un pur moment de félicité pour Christophe, c’est quoi ?
Retrouver mon anonymat dans une ville autre que Strasbourg.
Mes moments avec Paloma ma filleule qui est hyper belle ; c’est une fille !
(Il esquisse un petit sourire).
Une journée chez vous  commence et se finit comment ?
Celle idéale ressemble  à quoi ?
Ça commence par une aspirine et ça se finit par un digestif.
Celle idéale est celle que l’on ne voit pas passer.
Pour vous, le secret d’une belle photo?
Il n’y a pas de recette miracle ; c’est l’idée le plus important.
Performer dans votre métier tient à quoi ?
Photographier ce que j’ai vécu ; la satisfaction d’un travail qui s’est bien déroulé avec une équipe. C’est aussi important que la photo en elle même.
Un sujet shooting de notre choix : votre vision très personnelle d’une photo de mode, d’un homme politique ?
Pour la mode ce serait suivre une personne dans sa journée mais avec une seule tenue ; avoir le temps et ne pas devoir prendre 50 vêtements en 3h.
Pour l’homme politique ce serait le prendre en photo dans une posture noble mais à poil ; ou en faisant jouer l’absurdité comme les mises en scène de Levé avec ses scènes pornographiques interprétées version costume.
Quel est votre sujet de prédilection ?
Photographier le réel.
Vous vous voyez où dans 10 ans ?
A Bruxelles.

Pour en savoir davantage cliquez ici

Le blog de Christophe Urbain 


En chaussettes pour le réveillon ?

Shooting Elle - Juste pour le plaisir de partager avec vous ..